Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

Les conférenciers

Formé aux Conservatoires de Nantes et d’Angers, Michel BOURCIER se perfectionne au CNSMD de Paris. Professeur d’orgue au Conservatoire de Nantes, il est depuis 2007 l’un des trois titulaires des orgues de la cathédrale de Nantes.

Au sortir de ses études musicales effectuées aux conservatoires de Nantes, Angers et au CNSMD de Paris, Michel Bourcier oriente son activité dans les directions multiples de l¹interprétation, la réflexion sur les œuvres, la promotion du répertoire contemporain, la pédagogie et la liturgie.

Après avoir tenu quinze années les claviers de l¹orgue historique (1891) Louis Debierre de l¹église Notre-Dame de Bon-Port à Nantes, Michel Bourcier est nommé en 2007 titulaire des orgues de la cathédrale de Nantes. Il est professeur d¹orgue au Conservatoire à Rayonnement Régional de Nantes et enseigne l¹analyse musicale au CEFEDEM Bretagne/Pays de Loire. Il est membre de la commission des orgues non protégées au titre des monuments historiques.

Il se produit en soliste dans les hauts lieux de l¹orgue français et est sollicité particulièrement pour l¹accompagnement de chœurs. Il participe aussi à l'ensemble Utopik.

Les intervenants de l'édition 2015

Julien GRAIN est Chargé de Recherche CNRS en cosmologie, à l'Institut d'Astrophysique Spatiale d’Orsay.

Après une thèse de doctorat sur l'évaporation des trous noirs, il a orienté ses recherches sur l'histoire et l'évolution de l'Univers primordial, au plus près du Big Bang. Ses recherches théoriques portent sur la construction de modèles d'Univers en rebond dans le cadre de théories quantiques de la gravité, ainsi que sur la lumière relique des premiers âges cosmiques.

Quelques références :

Big bang et gravitation quantique, A. Barrau & J. Grain, Pour la science (Dossier: les mystères du cosmos), avril-juin 2014

Un trop plein d'Univers, J. Grain, Revue Esquisse(s), numéro 6 intitulé Trop, mars 2014

Relativité Générale, A. Barrau & J. Grain, Dunod 2011

Des Univers multiples, J. Grain, Chapitre du livre Forme et Origine de l'Univers, Dunod 2010

Les intervenants de l'édition 2015

Thierry Piel est maître de conférences en histoire ancienne à l'Université de Nantes. Il enseigne l'histoire ancienne (romaine) et l'histoire de l'art antique ; ses thèmes de recherche sont la nature, l'exercice et les représentations du pouvoir dans le monde étrusco-latin et la Rome archaïque.

Parmi ses publications ont peu citer :

Figures et expressions du pouvoir dans l'Antiquité Editions Presses Universitaires de Renne (2009)

Camille ou le destin de Rome, 406-390 av. J.-C. Éditions Maison paris (2010)

Et Rome devint une République...509 av. J.-C. Éditions Maison Paris (2011)

Troie, portrait historique d'un site mythique Éditions Lemme Edit (2014)

Après avoir été pendant 20 ans psychologue clinicienne auprès d’enfants en difficultés sociales et familiales, Martine LANI-BAYLE est enseignante-chercheuse depuis 1994 à l’université de Nantes où elle est maintenant professeure en sciences de l’éducation.

Spécialiste de l’intergénérationnel et de la transmission, elle s’intéresse à l’histoire du rapport au savoir, notamment en situation extrême, et est l’auteure de nombreux ouvrages.

Quelques ouvrages :

L’Histoire de vie généalogique. D’Œdipe à Hermès, L’Harmattan 1997.
L’Enfant et son histoire. Vers une clinique narrative, Erès 1999
Taire et transmettre. Les histoires de vie au risque de l’impensable, Chronique sociale 2006
Les Secrets de famille. La transmission de génération en génération, Odile Jacob 2007
Traces de vie. De l’autre côté du récit et de la résilience, avec Éric Milet, préface Cyrulnik Boris, postface Pineau Gaston, Chronique Sociale 2012

Création et direction de la revue Chemins de formation, L’Harmattan

Les intervenants de l'édition 2015

Thomas TULLY est maître de conférence à l'Université Paris 4 et il travaille dans l'équipe Variabilité Phénotypique et Adaptation au sein du laboratoire d'écologie et des sciences de l'environnement de Paris.

Il s’intéresse à l'évolution des traits d'histoire de vie (reproductions, croissance, longévité, ...) et ses travaux portent notamment sur l'étude du vieillissement, l'effet des gènes et de l’environnement sur sa variabilité et son évolution, sur l'étude de l’évolution des stratégies de reproduction des individus tout au long de leur vie.

Pour étudier ces questions, il utilise plusieurs modèles expérimentaux, étudiés au laboratoire ou dans la nature : collemboles, vipères, orchidées.

Les poètes / écrivains

Bernard Noël a été remarqué dès son premier livre de poésie, Extraits du corps (1958), son second ouvrage, La Face de silence (1967), ne paraît pourtant que dix ans plus tard. En 1969, le Châteaude Cène lui vaut d’être l’un des derniers écrivains français à subir un procès pour outrage aux bonnes mœurs. Considéré comme l’un des écrivains les plus importants de sa génération, il se consacre, depuis 1971, entièrement à l’écriture.

 

Poète, romancier, essayiste, critique d’art, de Extraits du corps à La Langue d’Anna, du Château de Cène à La Chute des temps, du Dictionnaire de la Commune à La Castration mentale, de Magritte à Matisse, de Onze romans d’œil à L’Espace du poème (plus d’une cinquantaine d’ouvrages), l’œuvre de Bernard Noël est immense.

Stéphane Bouquet est un écrivain, scénariste et critique de cinéma.

Il a publié quatre livres de poésie et un récit chez Champ Vallon (Dans l'année de cet âge, 2001; Un monde existe, 2002; Le Mot frère, 2005; Un peuple, 2007; Nos amériques, 2010) ainsi que trois traductions de poètes américains : Robert Creeley, Le Sortilège, aux éditions Nous, 2006, Paul Blackburn, Villes, chez José Corti, 2011, Peter Gizzi, L’Externationale, chez José Corti, 2013.

Il a animé avec Laurent Goumarre l'émission Studio Danse sur France Culture et il a été critique littéraire à Libération. Collaborateur auprès du Monde.

Pensionnaire à la Villa Médicis en 2002/2003. Il a par ailleurs écrit les textes de (et joué dans) La Traversée, long-métrage autobiographique, ainsi que les scénarios de divers films de Sébastien Lifshitz (Les Corps ouverts,Presque rien, Wild Side, Les Terres froides), de Valérie Mréjen (La Défaite du rouge-gorge), de Yann Dedet (Le Pays du chien qui chante) et de Robert Cantarella.

Il a été longtemps critique aux Cahiers du cinéma. Il a publié des études sur Gus Van Sant (éd. Cahiers du cinéma, 2009, coécrit avec Jean-Marc Lalanne) sur Eisenstein (éd. Cahiers du cinéma, 2008) et sur L'Evangile selon Saint Matthieu de Pasolini (éd. Cahiers du cinéma, 2003).

Il a participé en 2002, en tant que danseur, à la création chorégraphique de Mathilde Monnier, Déroutes et, en tant que danseur/scénariste, à sa pièce Frère & sœur créée au Festival d'Avignon 2005.

Maram al-Masri est née à Lattaquié, en Syrie. Après des études de littérature anglaise à Damas, où le recueil Je te menace d’une colombe blanche paraît en 1984, elle quitte sa terre natale et s’installe à Paris où elle connaîtra une situation difficile.

En 1987, son second recueil, Cerise rouge sur une carrelage blanc, est publié à Tunis par les Éditions de L’Or du Temps.

La poésie de Maram al-Masri est alors saluée par la critique des pays arabes puis traduite dans de nombreuses langues : en allemand, anglais, italien, espagnol, serbe, corse ou turc.

En 2003, les Éditions PHI font paraître une traduction française de ce second recueil préfacé par Lionel Ray. Quatre ans plus tard, les Éditions Al Manar sortent Je te regarde, recueil initialement publié à Beyrouth, qui obtient le prix de poésie de la SGDL que Maram al-Masri partage avec Bruno Doucey. Je te menace d’une colombe blanche, traduit de l’arabe par François-Michel Durazzo, est aujourd’hui édité pour la première fois en français.

Jean-Louis Giovannoni est un écrivain et poète français, né à Paris  (de père corse et de mère d'origine italienne). Il exerce le métier d'assistant social, depuis plus de trente ans, dans un hôpital psychiatrique parisien.

Il fonde en 1977, avec Raphaële George, la revue Les Cahiers du double qu'il co-dirige jusqu'en 1981.

De 2005 à 2007, il est membre du comité de rédaction de Nouveau Recueil.

Il reçoit le prix Georges-Perros en 2010.

Il a été président de la Maison des écrivains et de la littérature de juin 2011 à juin 2012.

Jean-Louis Giovannoni a publié à ce jour une trentaine de livres qui ont progressivement imposé sa voix comme l’une des plus singulières, mais aussi des plus importantes, dans le paysage de la poésie française contemporaine.

Dès son premier livre (Garder le mort, 1975), il adopte une écriture faite de vers courts, très rythmée, dans lesquels le rapport au corps et à l’espace est essentiel. La poésie de Giovannoni explore le rapport du corps au monde et de la langue au sujet, selon une visée réflexive qui ruine progressivement la position du « je » qui parle : « on est là pour satisfaire la demande de la multitude et non pour créer son propre mouvement » écrit-il : le recours à l’humour, à l’ironie, sensible notamment à partir des proses du Journal d’un veau (1996) et du Traité de la toile cirée (1998), fait écho au retrait du sujet lisible dès les premiers recueils : ce sont là les deux versants d’une même incertitude fondamentale, mais également d’une vigilance, qui s’opposent à la position en surplomb du sujet lyrique. Corps à corps avec l’Autre (voir notamment le beau S’emparer aux éditions 1 :1, qui est un dialogue avec le chirurgien Ambroise Paré), l’œuvre de Jean-Louis Giovannoni est une physique de l’écriture, une réflexion sur le mouvement qui informe le vers, brusque son apparition, révèle son énergie, et donne en partage une expérience qui touche, avec une forme d’évidence, nos façons d’être au monde.

Partager cette page

Repost0
Publié par Rencontres littéraires